The Lancet, décès, alimentation, maladie, cardiovasculaire, diabète, mortalité, santé, diététique, Nutrition, Vanessa, Ben Amor, Diététicienne, Montpellier, Nutritionniste
Alimentation, Article, Pathologie

1 décès sur 5 est lié à une alimentation déséquilibrée

C’est le constat alarmant d’une vaste étude mondiale parue en avril 2019 dans la célèbre revue scientifique The Lancet qui fait état des risques d’une alimentation déséquilibrée sur la santé.

Les résultats de cette étude ont permis de fournir les preuves d’une relation de causalités entre les habitudes alimentaires et le risque de décès. Il faut dire que depuis 1990, le nombre de décès par maladies chroniques attribuables à l’alimentation a considérablement augmenté passant de 8 millions à 11 millions en 2017. Nous retrouvons en première place du podium les maladies cardiovasculaires, suivi des cancers puis du diabète de type 2.  

A l’échelle mondiale, la consommation excessive de sodium représente 3 millions de décès. Sont également pointé du doigt les boissons sucrées et les viandes transformées dont la consommation est bien supérieure aux apports conseillés. la consommation de viande est elle aussi supérieure aux recommandations.

En parallèle, la consommation d’oléagineux, de graines, de fruits, de lait et de céréales complètes se situent bien en dessous du seuil conseillé. Respectivement, les faibles apports en céréales complètes et en fruits causent 3 et 2 millions de décès.

Il est désormais établi que l’excès de sodium et la faible consommation de céréales complètes, de fruits et légumes, de noix, de graines ainsi que d’acides gras oméga 3 sont les principaux facteurs à l’origine de plus de 50% des décès attribuable au régime alimentaire. Et, bien que la consommation excessive de “mauvais aliments“ puisse être la cause de nombreux décès, cette nouvelle étude nous indique qu’une consommation insuffisante en oléagineux, en fruits et en céréales complètes serait tout autant, voir bien plus préjudiciable pour la santé. 

The Lancet, décès, alimentation, maladie, cardiovasculaire, diabète, mortalité, santé, diététique, Nutrition, Vanessa, Ben Amor, Diététicienne, Montpellier, Nutritionniste
Nombre de décès attribuables aux risques alimentaires individuels au niveau mondial en 2017.

L’amélioration de l’alimentation pourrait potentiellement éviter un décès sur cinq dans le monde.

Les résultats montrent qu’un régime alimentaire déséquilibré est responsable de plus de décès que tout autre risque au niveau mondial, y compris le tabagisme ! De tels chiffres soulignent le besoin urgent de mettre en place des directives alimentaires internationales visant à prévenir ces pathologies. 

Les chercheurs de cette étude signalent que compte tenu de l’ampleur de la charge de mortalité imputable à une mauvaise alimentation, il devient urgent de développer une politique alimentaire visant à promouvoir la consommation de composants de l’alimentation pour lesquels l’apport actuel est insuffisant. Une approche qui pourrait avoir un effet plus important que les politiques visant uniquement à réduire la consommation de sucre et de matières grasses.

Ces résultats montrent également la nécessité de modifier en profondeur divers secteurs du système alimentaire dans un but environnemental par la modification des pratiques agricoles et la diminution de la consommation des produits carnés au profit d’une augmentation de la consommation de végétaux.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s